Sum in medio tempestatum
Je suis au milieu de la tempête

[un programme musical par Hemiolia]

L’Ensemble Hemiolia vous convie à une exploration musicale du thème de la mer, des tempêtes et des marins dans la musique baroque française, anglaise et italienne.

Crédit photo : Claire Lamquet

ARTISTES

  • Juliette De Massy : soprano
  • Laura Corolla : violon
  • Claire Lamquet : violoncelle
  • François Grenier : clavecin

PREMIÈRE PARTIE: TEMPÊTES, NAUFRAGES, DIVINITÉS MARINES

Au XVIIe et XVIIIe siècles, les sujets mythologiques et les grandes épopées antiques nourrissent abondamment les livrets de tragédie lyrique. Equipés de machineries époustouflantes, les théâtres livraient déjà des spectacles plein d’effets spéciaux visuels ou sonores (machines à vent).
Dans les opéras français et anglais de cette époque, les scènes de tempête et de naufrage sont grandioses, à l’image des Dieux qui les déclenchent.
Des violons furieux décrivent les vagues et les bourrasques, les violoncelles grondent, les chanteurs incarnent Neptune et sa femme Amphitrite, forment le choeur des Tritons et Néréides et invoquent les divinités des vents et des mers pour anéantir les héros, les marins et leur navire…
Rameau – Dardanus – Prologue
Air « Quand l’Aquilon Fougueux »
Marin Marais – Alcyone (extraits)
Tempête
Elizabeth Jacquet de la Guerre – Cantate « Le sommeil d’Ulisse » (extraits)
Symphonie
Récitatif « Après mille travaux, l’infatigable Ulisse a Neptune irrité »
Air « Sur une mer orageuse et profonde »
Tempête « Pour perdre ce guerrier, il se livre à sa rage »
Henry Purcell – The Tempest (extraits)
Dance of the winds
Symphony
Air d’Ariel « Come into these yellow sands »
Air de Milcha – Full fathom five thy father lies »
Air d’Amphitrite « Halcyon days now wars are ending »
Christopher Smith – The Tempest (extraits)
Air « Hark How the winds rush from their caves »

DEUXIÈME PARTIE: ÎLES HEUREUSES, DANSES ET COMPLAINTES…

Heureusement, dans les livrets d’opéra, nos pauvres marins ne connaissent pas que les tourments de la mer!
Après un départ en liesse, ils foulent des îles féériques, goûtent au plaisir de la fête et, un peu grisés, chantent des complaintes qui leur rappellent le continent avec une nostalgie heureuse…
Purcell – Dido and Aeneas (extrait acte III)
Sailor’s Song « Come away, fellow sailors! »
Purcell – King Arthur (extraits de l’acte V)
Symphonie et Air « Fairest Isle »
Suite de trois Hornpipes:
Hornpipe en Ré majeur (Henry Purcell),
2e Hornpipe en Ré mineur (Henry Purcell),
The Sailors Hornpipe (Traditionnel)
Georg Friedrich Haendel: The Sailor’s Complaint (La complainte du marin)
« Come and listen to my Ditty »
L’entrée sur scène des personnages de marin donne souvent lieu à des moments légers, comme des suites de danses rapides et gaies composées de marches, airs et rigaudons (musique française) et hornpipes (musique anglaise)
En raison du peu d’espace qu’il nécessitait, l’hornpipe devient véritablement une danse de marin à la fin du XVIIIe siècle, enseignée à tous les aspirants dès le début du XIXe siècle, l’un des plus célèbre étant le College Hornpipe ou The Sailor’s Hornpipe, fondé sur la chanson traditionnelle irlandaise Jack’s the Lad.
Marin Marais – Alcyone (extraits de l’acte III)
Marche des matelots,
Ariette d’une matelotte « Amans malheureux »
Air des matelots
Deuxième ariette d’une matelotte « Pourquoy craignons nous que l’amour nous engage »
Deuxième air des matelots.
Jean-Philippe RameauHippolyte et Aricie (extraits de l’acte III)
Marche pour les trézéniens et les matelots
Air des matelots
Deuxième air des matelots
Rigaudon en tambourin

TROISIÈME PARTIE: L’ARIA DI TEMPESTA, UN « SUPER-ARIA » !

Mais la mer, l’océan et ses dangers : voilà bien ce qui reste l’inspiration principale des compositeurs!
L’aria di tempesta, forme spécifique de l’aria di paragone  (air d’imitation), est très en vogue dans l’opéra italien (ou italianisant) du XVIIIe siècle et notamment chez Haendel, Vivaldi, Vinci ou Broschi.
Le navire ou l’esquif sont le jouet des vagues et des vents, mille phénomènes naturels menacent l’homme et le plongent dans l’incertitude. Dans l’air de tempête, l’image du navire sur la mer déchaînée illustre les aléas et les tourments du protagoniste ou une situation dramatique.
Déferlement de vocalises, vagues instrumentales furibondes, pyrotechnique vocale font la particularité de l’air de tempête. C’est un moment musical intense pour le public (et pour le chanteur!!!), une sorte de « super-aria », hyper virtuose, destiné en son temps aux « super-stars » du moment: les fameux castrats tels que Farinelli ou Senesino…
Leonardo Vinci -Artaserse – Air d’Artaserse « Vo solcando un mar crudele »
Georg Friedrich Haendel – Il Pastor Fido – Air de Mirtillo « Son come navicella, esposta in mezzo al mar »
Georg Friedrich Haendel – Lotario – « Air d’Adelaide « Scherza in mar la navicella »

Pin It on Pinterest

Share This